Posts tagged spin doctor

Lucien Sfez, le maître de la communication moderne

Lucien SFEZ

En matière de droit, d’économie, de médecine etc…les auteurs et les références sont nombreux. Les amphithéâtres, les rues,  portent les noms de grands théoriciens,  des fondateurs de notre Etat et de notre civilisation.

Mais dans le domaine de la communication, quels sont sont les références, les auteurs, ceux qui ont marqué cette discipline.

La communication est aujourd’hui confrontée à ce type de paradoxes:

– alors qu’elle n’a jamais  été aussi professionnelle et organisée qu’aujourd’hui, la communication fait l’objet d’une grande défiance. Elle est la matière dont on se méfie car elle est susceptible de cacher certaines vérités. « Faire de la com ! » n’est pas aujourd’hui le meilleur compliment adressé à un chef d’entreprise ou à un politique.

– les décideurs économiques et politiques semblent de plus en plus s’abriter derrière les spin doctors, professionnels de la communication mais qui se révèlent être davantage des spécialistes de coups médiatiques que de véritables stratèges  d’une organisation pérenne.

Plus que jamais, alors que la communication attire les étudiants, peut-être par des fausses paillettes, le bon communicant doit s’inspirer des bons théoriciens, comme un bon économiste fait référence à une ligne de pensée ( keynesienne et/ou libérale).

Lucien Sfez, né en 1937 à Tunis, agrégé de droit public et de sciences politiques, auteur de nombreux ouvrages sur la communication est aujourd’hui la référence en cette matière.  Il ne s’agit pas de s’agiter pour être un bon communicant, il s’agit simplement de parler juste. C’est bien son cas ; il en est le maître.  Parmi les nombreux concepts qu’il a inventé, celui de tautisme mérite aujourd’hui un éclairage particulier.

Dans son ouvrage Critique de la communication de 1988 (je tiens à souligner la date), Lucien Sfez invente ce néologisme qui résume à la fois autisme et tautologie. « Je répète donc je prouve ». En 1988, Sfez nous indique qu’avec la généralisation des  NTIC, la communication enfermera l’esprit humain dans un cadre étroit où la répétition du même message formatera le cerveau et la réflexion deviendra univoque. 25 ans après, sa crainte semble se justifier.

En communication,  totalitarisme, autisme et tautologie deviennent synonymes.

Là encore, comme toujours, la formation individuelle, la curiosité intellectuelle, l’éducation libèrent l’esprit de ces contraintes du cerveau. L’homme libre est celui qui réfléchit par lui-même. Comme le dit Lucien Sfez, la généralisation des NTIC et l’accès facile au savoir et à la connaissance peut libérer l’homme, à condition de s’y préparer. Dans le cas contraire, il peut l’enfermer dans une sorte de  « totalitarisme cérébral « , qui se révèle être le plus grand danger de l’esprit et  au final, de la condition humaine.

 

Please follow and like us:
0
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Enjoy this blog? Please spread the word :)