Posts tagged France

Bonne chance à François Hollande

Du quinquennat trop décrié de N Sarkozy, l’histoire retiendra:

– Une France respectée à l’étranger avec la voix d’un Président actif et énergique.

– Un couple franco-allemand équilibré, moteur de l’Europe.

– Un Etat bien géré, soucieux des intérêts publics avec des réformes courageuses réalisées.

– Un Président modernisateur, un peu comme l’avait été VGE de 1974 à 1981.

Une page se tourne; une autre s’ouvre . Formons les voeux suivant:

 – Que notre pays ne donne pas l’impression de balbutier, de tâtonner, de subir. La France  a toujours été un pays modèle pour le monde: ses valeurs de tolérance, de liberté, de libre expression sont à l’origine de nombreuses constitutions dans le monde. Que notre pays soit toujours respecté et demeure une référence à l’internationnal.

– Que notre nouveau Président de la République soit écouté et entendu. Déjà, des voix  dissonnantes  commencent à parler au nom de l’Etat, sans que notre nouveau Chef de l’Etat en soit  informé. Que l’Etat soit tenu avec fermeté et que la voix de la France demeure « une et indivisible ».

– Que notre drapeau reste la fierté des Français et La Marseillaise soit obligatoirement apprise par nos jeunes élèves dès le plus jeune âge. Rappelons-nous de ce tableau de Delacroix ( La Liberté guidant le Peuple) où Mariane, malgré les barricades et la Révolution, tient à porter haut et loin le drapeau tricolore. Que l’esprit de la chanson de Jean Ferrat ( Ma France) guide l’action de notre nouveau  gouvernement, en dehors de tout esprit partisan.

– Enfin, que les luttes partisanes entre le PS, Europe Ecologie et le Front de Gauche ne rongent pas toute action gouvernementale indispensable à notre pays.

Le monde va plus vite que lors de l’accession de F Mitterrand à l’Elysée en 1981. Que notre pays ne perde pas trop de temps. Que les réformes indispensables et courageuses soient prises.  Souhaitons bonne chance à notre pays et à notre nouveau Président de la République.

 

 

Please follow and like us:
0

Un bon cru 2012 !

2 vainqueurs ?

Depuis 1981 et l’excellente campagne électorale qui opposa 2 très bons candidats, VGE et F Mitterrand, jamais une campagne n’aura été aussi passionnante:

1988: J Chirac n’était pas prêt, trop impulsif face à F Mitterrand, Président sortant d’une cohabitation usante pour J Chirac.                                                           1995: malgré les valses-hésitations du camp de la droite ( cf la présence gênante d’E Balladur), J Chirac apparaît comme l’homme providentiel et aguerri face à L Jospin qui n’a pas donné « envie » aux Français.

2002: sans doute la plus triste des campagnes, sans aucun relief puisque le 21 Avril, au soir du premier tour, J Chirac a déjà gagné la présidentielle opposé à JM Le Pen, sans débat.

2007: Sarkozy surplombe une S Royal qui ne trouve pas sa place dans la campagne.

En 2012, les deux candidats jouent parfaitement leurs rôles, chacun dans leurs registres:

Sarkozy, challenger pugnace, excelle dans ses discours vibrants de ses meetings combles où flottent les drapeaux français,  haranguant les foules avec une verve dont lui seul a le secret. Meilleur en meeting qu’à la TV, Sarkozy aime le réel, toucher, convaincre tel un avocat en pleine plaidoirie. Un talent oratoire extraordinaire qui fait du bien dans une France morose.

Hollande, favori des sondages, serait en train de réaliser ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’auraient imaginé. Devenir Président de la République, dès sa première tentative, sans jamais avoir exercé la moindre fonction gouvernementale. Le talent d’Hollande est d’abord de savoir parler aux Français, de trouver les mots justes et le bon ton. Son deuxième talent est de savoir écouter ceux qui l’entourent, que je connais à titre personnel, et d’être parfaitement coaché pour cet exercice qu’il est en train de réussir.

Sarkozy/Hollande? le match semblerait déjà joué mais quel que soit le résultat, ces deux candidats nous auront offert une belle démonstration de professionnalisme politique.

Please follow and like us:
0

La présidentielle à la table des grandes écoles

Actualité oblige, c’est de la présidentielle que les membres des anciens de Science Politique et des grandes écoles ont choisi de débattre au cours de leur traditionnel rendez-vous qui se déroulait le 10 avril 2012 à la Société Nautique. Pour pimenter le débat, Didier Davitian le président de l’association, avait invité Bruno Le Dref délégué régional de France 3 Provence-Alpes et Philippe Minard, directeur des rédactions de « La Provence » . Il a, bien sûr, été question du traitement de la campagne présidentielle par ces médias. De la gestion du temps de parole des candidats à la télévision et d’articles de fond pour la presse écrite afin de se démarquer justement de la télé. Les ricochets de la présidentielle sur les législatives à Marseille ont été également évoquées (…)

Please follow and like us:
0

Droite Sociale ou Sociale-Démocratie?

Présidentielle  2012

Décidément, les médias nous ont encore imposé  le choix des candidats du second tour de la présidentielle.  Ce sera donc bien SARKOZY contre HOLLANDE au soir du 22 avril.

Si les médias ont privilégié ce duel, ce sont bien les Français eux-mêmes qui éliront leur Président. Comme je l’ai déjà écrit sur ce blog, le peuple a toujours le dernier mot en dépit des artifices et des stratégies de campagne qui nuisent toujours, au final, à leurs auteurs.

Contrairement aux autres campagnes éléctorales où les thèmes récurrents du chômage, de la fiscalité, de l’insécurité, de l’immigration, de la culture prédominent les débats et font la différence, cette campagne est très particulière car le candidat gagnant sera celui qui trouvera le ton juste et les thèmes inédits à une situation politico-économico sociale inédite.

Plus que jamais , le futur Président devra posséder et incarner:

une solide culture économique: aujourd’hui, l’économie prédomine désormais le débat politique. En 2012, un Président de la République ne doit pas être étranger aux notions de comptabilité, privée ou publique , de macro et micro-économie. En ce sens, contrairement à C DE GAULLE, G POMPIDOU ou F MITTERRAND, les 2 candidats de 2012, ancien professeur d’économie pour l’un et avocat d’entreprises pour l’autre, disposent de ce bagage nécessaire.

une bonne connaissance des relations internationales et européennes: N SARKOZY a réussi pendant son quinquennat à s’imposer sur la scène internationale. Certains y voient même un de ses seuls succès et cet avantage jouera jusqu’au bout en sa faveur.

une aspiration sociale: face à la crise mondiale et à la triste situation sociale  dont est aujourd’hui victime le peuple grec, le prochain Président de la République ne peut montrer une arrogance ostentatoire. La prochaine mandature devra être humble pour être crédible. L’épisode du Fouquet’s, erreur flagrante de communication, colle encore à la personnalité de SARKOZY. L’aspiration à une mandature sociale est évidemment  la carte maîtresse de F HOLLANDE.

Dans ce contexte de crise sociale et aussi de moralisation urgente de la vie publique, la stratégie des 2 candidats à l’approche du 22 Avril est de converger pour l’un vers une droite apaisée, humaniste ( cf le dernier appel lancé par J LEONETTI), chrétienne ( ralliement de C BOUTTIN) et sociale et pour l’autre vers une sociale-démocratie à l’allemande, qui combinerait efficacité économique avec une nécessaire cohésion sociale.

 

Please follow and like us:
0

Quel Président pour la France?

A partir d’aujourd’hui jusqu’au 6 Mai, nous nous consacrerons à l’élection présidentielle de 2012.  Jamais, une élection n’aura été aussi difficile à prévoir tant les 4 prétendants  (3 de droite et 1 de gauche) jouent admirablement bien leurs rôles respectifs. A croire, que les clivages réapparaissent suite à une demande populaire de clarification des enjeux électoraux.  A 3 mois, anticipons, quand même, le soir du premier tour:

François Hollande arrivera largement en tête le soir du premier tour pour au moins 3 raisons:

  1. il est l’homme qui incarne l’alternance; la démocratie, on le sait, ayant besoin de respirer un vent nouveau…
  2. il est l’espoir social, dans une période qui en a bien besoin, comme avait pu l’être l’élection de François Mitterrand en 1981, après un septennat VGE jugé trop arrogant..
  3. enfin, lois des 110 propositions, il axera sa campagne électorale sur quelques mesures chocs et symboliques comme la nécessaire réduction du train de vie des politiques, la non moins  nécessaire fin du cumul des mandats, une présidence modeste, la taxation de la finance….

 Ensuite, dans un mouchoir de poche, arriveront les 3 candidats de droite:

François Bayrou qui  débute une campagne  pour l’instant sans faute. Il incarne la droite sociale, démocrate et chrétienne, l’ex-UDF, et mise sur 3 atouts pour être  qualifié au  second tour:

  1. d’abord,  le troisième homme, rôle qu’il joue invariablement depuis déjà 2 campagnes présidentielles. Sa constance dans ce discours ne pourra que payer électoralement.
  2. ensuite, l’homme de la synthèse, du terroir, des valeurs profondes de la France. Son discours républicain et mesuré est encore plus audible aujourd’hui dans un monde tourbillonant et virevoltant.
  3. enfin,  même s’il est un politique averti, il est le seul à pouvoir se prévaloir d’un honneur d’Etat en ayant refusé quelques maroquins ministériels .

Marine Le Pen sera, comme toujours, la surprise de l’élection . Incarnant la droite dure et décompléxée, elle parie sur 3 atouts pour être au second tour:

  1. les succès relatifs de la politique intérieure en matière de sécurité intérieure et d’immigration.
  2. la cohérence de son discours, sans outrage ni menace, d’une droite à la fois populaire, sociale et nationale.
  3. elle est la seule femme candidate et bénéficiera , à coup sûr, d’un capital sympathie dans ce milieu encore trop viril.

Nicolas Sarkozy, Président de la République sortant, sera également la surprise de cette élection. Depuis son accession à l’Elysée, l’UMP n’a jamais gagné une seule élection; pis, elle a perdu le Sénat, alors que les hauts dignitaires de l’UMP expliquaient que jamais le Sénat ne basculerait à gauche.  Pour espérer être au second tour, il construira sa campagne autour de trois axes:

  1. il est l’homme qui a permis d’éviter le chaos à la France en période de crise,  en particulier dans les négociations internationales.
  2. son énergie, reconnue par tous, est un atout pour espérer renouer avec la croissance après des années de stagnation.
  3. ce serait son dernier mandat, celui qui laisserait une trace à l’histoire de la France.

En résumé, la question est, qui sera candidat face à Hollande au second tour?

Malheureusement, comme c’est souvent le cas, le choix se fera sans doute par défaut à moins que d’ici là Bayrou prenne de distance ses deux rivaux tous les deux marqués par de lourds handicaps  ( l’histoire contestée du FN pour Le Pen et les symboles liés à l’argent pour Sarkozy) dont ils ont grand mal à se débarasser.

 

 

Please follow and like us:
0

Le Sénat à gauche oui, mais pour quoi faire?

L’hémicycle du Sénat

Depuis 1969 et l’échec du Général de Gaulle à vouloir réformer le Sénat, la question de la réforme de ce que les constitutionalistes appellent la Haute Assemblée se pose quels que soient les gouvernements: qualifié d’ anomalie de la Démocratie par Lionel Jospin alors Premier Ministre de cohabitation de Jacques Chirac en 1998, le Sénat a toujours éveillé les suspicions sur sa légitimité et son efficacité: un mode électoral fermé et fondé non pas sur le suffrage universel direct mais indirect, un travail parlementaire trop long, une représentation de ses élus insuffisamment ouverte aux femmes ou aux jeunes..

Bref, malgré les réformes des Présidents Christian Poncelet et Gérard Larcher, le Sénat n’a pas réussi à se moderniser ni aux nouvelles technologies ni à l’évolution de la société française.

Par ailleurs, notre système politique bicamériste (les 2 chambres que sont l’Assemblée Nationale et le Sénat) se trouve aujourd’hui au centre de vives critiques.

D’abord, en ce qui concerne l’efficacité de ce qu’on appelle la navette parlementaire ( entre le Sénat et l’AN) trop longue et ralentissant le processus d’adoption d’une loi, dans un monde économique et financier qui prend de distance le processus politique. Parfois, une loi adoptée est déjà obsolète tant le temps d’adoption d’une loi est dépassé à cause des lourdeurs du bicaméralisme.

Ensuite, dans un Etat en faillite, pour reprendre l’expression de François Fillon en 2007, le budget du Sénat s’élève à 343 M€ sans compter les dépenses du Musée  et du Jardin du Luxembourg. De la même manière que la réforme des collectivités locales aboutirait à une quasi-fusion des Régions des Départements ( ce qui devrait enfin conduire à une réduction du nombre des élus et des fonctionnaires territoriaux), on pourrait également envisager une fusion du Sénat et de l’Assemblée Nationale, dans ce double objectif de rendre plus efficace le processus parlementaire et de réduction des coûts de l’Etat. De plus, la vente du Palais du Luxembourg et des symbôles d’un Etat dispendieux permettraient quelques économies  de fonctionnement que notre Budget national ne peut malheureusement  plus supporter.

Enfin, un Sénat à gauche qui prendrait la décision courageuse de supprimer le Sénat, comme la gauche l’a toujours préconisé depuis, serait peut-être l’occasion de mettre en place une République plus moderne, plus juste , plus rapide et moins couteuse qu’Arnaud Montebourg appelle de ses voeux dans son plaidoyer pour l’avènement d’une VI° République.

Mais ne rêvons pas trop…

Please follow and like us:
0
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Enjoy this blog? Please spread the word :)