Posts tagged démocratie

Et maintenant, les Municipales !

2012 est la dernière année d’élections avant les municipales de 2014. Pour les candidats aux prochaines municipales, il y a au moins 3 leçons à tirer des dernières élections :

1. L’effondrement de l’influence des partis politiques traditionnels: avec près de 50% d’abstentions et une forte poussée des partis extrêmes, les partis politiques dits de gouvernement ( UMP et PS) ne font plus vraiment recette auprès du public. Certes l’Assemblée Nationale est toujours bipolarisée entre ces 2 formations mais il est à noter qu’elle n’est plus  vraiment représentative de l’ensemble  du peuple français dans sa diversité. En dépit des controverses sur son discours et ses valeurs, le Front National, à travers ses 2 députés, y est sous représenté. En ce sens, je souscris pleinement à la proposition du Président de la République  qui souhaite instaurer une dose de proportionnelle aux élections législatives. Et si finalement le fondement de la démocratie résidait dans cette phrase de Voltaire « je ne partage pas vos idées mais je me battrai pour que vous puissiez les exprimer ».

2. La prime aux candidats honnêtes et de proximité:  les défaites de Ségolène Royal et de Jack Lang, qui n’ont pu participer à la grande liesse de la victoire du PS, en sont le symbôle le plus frappant. J’ai l’habitude de dire que c’est le peuple qui a toujours le dernier mot, malgré les connivences partisanes. J’ai aussi l’habitude de dire que toute opération politicienne de bidouillage électoral se retourne souvent contre son auteur. Le découpage électoral fait par Alain Marleix semble en être une illustration.

3. Défendre les dossiers d’intérêts généraux: les élus qui réussissent sont souvent ceux qui possèdent dans leurs gènes un minimum de notion de service public et d’intérêt général. Quand on aime ses concitoyens, quand on souhaite leurs bonheurs et le bien-vivre de tous ses administrés, et même si on ne peut pas toujours tout réussir, le peuple vous élit et vous reconduit. Après avoir travaillé 5 ans dans des grandes collectivités territoriales , je constate que les meilleurs élus sont souvent ceux qui se battent tous les jours pour défendre les dossiers et préparer l’avenir de leurs territoires.

Pour les 30 000 visiteurs de mon blog ( depuis sa création) et pour les autres, je vous souhaite de bonnes vacances d’été. Que de nombreux autres sujets viennent nourrir notre réflexion et que le débat ne s’arrête jamais...

Please follow and like us:
0

La crise de 2011 ou la défaite du politique

La Liberté guidant le peuple

Et si la crise  que nous vivons  actuellement dans le monde occidental et en particulier en Europe était simplement une crise  du  politique?La crise d’aujourd’hui que beaucoup souhaiterait assimiler à une simple crise de la dette est en réalité une crise du système  politique dans son incapacité à se réformer et à celle de réformer la société. Et pour qu’une réforme fonctionne, elle doit toujours commencer par sa tête, par ses élites gouvernantes, par le haut. Or, l’erreur de nos gouvernants actuels est de toujours réformer par le bas de la société en imposant des règles de rigueur trop strictes aux classes moyennes avec des conséquences graves sur  les classes défavorisées. Je citerai au moins 3 liens relatifs à la réforme du politique qui pourraient donner l’ exemple  d’une réforme globale à suivre:

1. Politique et Argent: Dans notre contexte de rigueur, seul le monde politique semble épargné de tout plan d’austérité. L’Etat, les collectivités publiques, en faillite,  doivent donner l’exemple d’un train de vie beaucoup plus modeste, beaucoup moins arrogant, dans le même esprit que les réformes réussies dans les pays scandinaves où voitures de fonctions, chauffeurs …et tout symbole d’indécence ont été remplacé par des vélos, et les  indemnités des élus divisés par 2 voire par 3!!!La fin du cumul des mandats que je préconise depuis des années devient une nécéssité républicaine.

2. Politique et Compétence:  en démocratie, sous certaines conditions d’éligibilités, tout électeur peut se porter candidat à une élection. Parfait. Toutefois, un  devoir de formation initiale et continue aux notions d’intérêt général, de service public, de bien collectif devrait être imposé à tout élu. Les règles du jeu du privé et du public ne sont pas assimilables. C’est parce que ce devoir de formation des élus à ces notions n’est pas suffisament assuré que les nombreux conflits d’intérêt surgissent en faisant tous les jours les choux gras de la presse et décridibilisent, de surcroît,  le politique.

3. Politique et Justice: l’élu doit retrouver, comme ce fut le cas sous les III et IV° République, une image d’exemplarité, en particulier dans son action quotidienne. Empreint d’intérêt de sa collectivité, l’élu doit être suspendu dès une mise en examen: aujourd’hui, toutes les strates d’élus sont concernés: qu’il (ou elle) soit Président de la République ou simple élu local, l’élu doit être suspendu de ses fonctions dès sa première mise en cause par la justice.

Si la démocratie commence par se réformer d’elle-même, à travers l’exemplarité de l’image qu’elle peut refléter dans l’opinion publique, en étant plus humble, plus compétente, moins soumise au verdict des juges, alors la société acceptera des réformes de rigueur qu’on demande au peuple. Si le peuple est seul à réparer les errements du système démocratique, en dichotomie totale avec la vie de ses élites politiques, alors oui, on pourra se poser la question de savoir si nous sommes en 1788 …

 

Please follow and like us:
0
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Enjoy this blog? Please spread the word :)