Archive for avril 2013

Les médias, 1° Pouvoir ?

La Parole libérée

Alors que nos étudiants apprennent encore que le pouvoir médiatique est le 4° pouvoir, après les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires, l’actualité nous montre que cet enseignement théorique ne correspond plus à la réalité. Le pouvoir des médias est bel et  bien le 1° pouvoir, et tant mieux.

1. Médias/Justice?: Les récentes affaires Cahuzac, Guéant, Thomas Fabius … montrent bien que ce sont  les médias, en particulier les médias d’investigation, qui jouent pleinement le rôle de juge d’instruction. Ce sont eux qui vont désormais au bout des affaires, en toute indépendance. Sans Médiapart, Jérôme Cahuzac serait peut-être encore Ministre du Budget ! Cette efficacité de la sphère médiatique est due à l’indépendance de certains médias, ce qui n’est malheureusement pas le cas de l’autorité judiciaire, encore trop liée au pouvoir politique ( nomination, CSM..).

2. Médias/Politique ? : Aujourd’hui, on le sait bien, pour gagner une élection, il ne suffit pas de gagner la bataille des idées mais celle de l’occupation médiatique :c’est à celle ou celui qui sera le plus souvent en photo dans le  journal, qui occupera le mieux les réseaux sociaux qui maximisera ses chances de gagner l’élection : les sondages pré-électoraux se font sur la notoriété. Etre connu suffit, dans le pire des cas, à gagner une élection. Tant pis pour la démocratie, mais les médias ont encore imposé leurs règles !

3. Médias/Economie ? : Les chefs d’entreprises seraient les plus frileux avec les médias? C’est vrai et ils ont raison car les études montrent qu’il n’y a auncun lien entre la bonne image d’une entreprise et son chiffre d’affaires: Total, une des entreprises les plus mal-aimées des Français d’après les sondages, est celle qui dégage  le + de bénéfices. Pourtant, les chefs d’entreprise ont tout intérêt à caliner ceux qui font l’opinion publique car la récente affaire Findus-Spanghero montre qu’une entreprise peut facilement décliner si elle ne sait pas traiter, dans l’urgence, une situation de communication de crise. Contrairement au champs politique, toutes les entreprises sont mortelles. Les médias peuvent être un déclencheur, voire un amplificateur de crise.

Bref , les médias ont pris le dessus sur tous les pouvoirs de la société. La nouveauté, c’est qu’avec internet et les réseaux sociaux, nous sommes tous un peu journalistes et vecteurs d’idées, d’informations et d’influence. Moins contrôlable, notre démocratie s’en est considérablement enrichie, en attendant que idées et arguments refassent surface dans la médiacratie.

Please follow and like us:
0

Gaudin candidat

Jean-Claude Gaudin

Oui, comme nous l’avions pré-supposé, Jean-Claude GAUDIN sera bien candidat pour un 4° mandat de Maire de Marseille. Pour au moins 3 raisons:

1. Suivre le mythe  DEFFERRE: comme son maître en politique, son « illustre prédecesseur » comme il se plaît à le rappeler, Jean-Claude GAUDIN n’appréhende la vie qu’à travers l’action politique. Il est vrai que son parcours est à ce titre exemplaire: Président de Région, Maire de Marseille, Ministre etc…Jean-Claude GAUDIN est bien l’incarnation de l’animal politique; celui qui ne pense, qui ne vit que par le raisonnement politique. Comme son maître à penser, gageons qu’il souhaite être en fonction et connaître les honneurs de la République jusqu’au bout.

2. Contrairement à Betrand DELANOË qui depuis des années prépare sa première adjointe à lui succéder, le système Gaudin n’a pas envisagé cette hypothèse car il est fondé  sur sa propre personnalité avec ses forces et ses faiblesses: alors que certains systèmes sont construits sur un modèle de gestion, d’autres sur un bilan thématique ( le Maire de l’écologie, le Maire bâtisseur….), le  système Gaudin est fondé sur la personnalité particulièrement charismatique de son leader. Mais qu’en est-il de l’après Gaudin pour la droite républicaine? Nous avons déjà des  éléments de réponses à la Région ou à MPM.

3. Ayant toujours en tête la présidence du Sénat malgré la présence de Jean-Pierre RAFFARIN qui est le favori en cas de basculement du Sénat à droite en Septembre 2014, Jean-Claude GAUDIN sait bien que la condition sine qua non est de remporter  une quatrième fois le combat municipal pour être candidat à la présidence du Sénat, voire  pour prétendre conduire la liste des sénatoriales dans les Bouches-du-Rhône.

Toutes les conditions sont réunies pour l’annonce prochaine de sa candidature qu’il essaiera de retarder au maximum, laissant ses concurrents de gauche s’entredéchirer. En espérant que MP 2013 ne soit pas trop perçue comme une coquille vide et surtout que les règlements de comptes cessent au moins  le temps de la campagne municipale..

 

 

Please follow and like us:
0
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Enjoy this blog? Please spread the word :)