Archive for avril 2012

Un bon cru 2012 !

2 vainqueurs ?

Depuis 1981 et l’excellente campagne électorale qui opposa 2 très bons candidats, VGE et F Mitterrand, jamais une campagne n’aura été aussi passionnante:

1988: J Chirac n’était pas prêt, trop impulsif face à F Mitterrand, Président sortant d’une cohabitation usante pour J Chirac.                                                           1995: malgré les valses-hésitations du camp de la droite ( cf la présence gênante d’E Balladur), J Chirac apparaît comme l’homme providentiel et aguerri face à L Jospin qui n’a pas donné « envie » aux Français.

2002: sans doute la plus triste des campagnes, sans aucun relief puisque le 21 Avril, au soir du premier tour, J Chirac a déjà gagné la présidentielle opposé à JM Le Pen, sans débat.

2007: Sarkozy surplombe une S Royal qui ne trouve pas sa place dans la campagne.

En 2012, les deux candidats jouent parfaitement leurs rôles, chacun dans leurs registres:

Sarkozy, challenger pugnace, excelle dans ses discours vibrants de ses meetings combles où flottent les drapeaux français,  haranguant les foules avec une verve dont lui seul a le secret. Meilleur en meeting qu’à la TV, Sarkozy aime le réel, toucher, convaincre tel un avocat en pleine plaidoirie. Un talent oratoire extraordinaire qui fait du bien dans une France morose.

Hollande, favori des sondages, serait en train de réaliser ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’auraient imaginé. Devenir Président de la République, dès sa première tentative, sans jamais avoir exercé la moindre fonction gouvernementale. Le talent d’Hollande est d’abord de savoir parler aux Français, de trouver les mots justes et le bon ton. Son deuxième talent est de savoir écouter ceux qui l’entourent, que je connais à titre personnel, et d’être parfaitement coaché pour cet exercice qu’il est en train de réussir.

Sarkozy/Hollande? le match semblerait déjà joué mais quel que soit le résultat, ces deux candidats nous auront offert une belle démonstration de professionnalisme politique.

Please follow and like us:
0

Présidentielles 2012: Tout est encore possible si….

Borloo, Premier Ministre?

Encore une fois, les vrais perdants de ce premier tour sont les instituts de sondage qui propulsaient Mélenchon comme le troisième homme, prédisaient Hollande à + de 30 % et minimisaient Le Pen à moins de 15%. Jusqu’au 4 mai, date officielle de fin de la diffusion des sondages pour le second tour, nous aurons  droit à la fin annoncée du sarkozysme à la tête de l’Etat.

Pourtant pour Sarkozy, tout est encore possible si….

– il annonce la nomination de  Borloo, comme futur Premier Ministre avec également un poste clé, à la tête d’un ministère de l’économie et des finances par exemple,  confié à Rama Yade, tous les deux issus de la droite radicale et sociale. L’état actuel de notre pays nécessite une justice sociale et une droite douce du point de vue économique et fiscal. Rien n’empêche d’être de droite et de prôner en même temps la justice sociale.  Au contraire. Par ailleurs, du point de vue de l’analyse politique, la nomination d’un radical centriste à Matignon serait aussi une bonne manière d’attirer les électeurs de Bayrou vers le vote Sarkozy.

– il maintient et durcit sa position contre le vote des étrangers aux élections locales. Cette proposition relève de la pure démagogie politique et s’avère contraire à la tradition française. La France, longtemps considérée par le Vatican comme la fille aînée de l’Eglise, perdrait son identité, ses traditions et ses valeurs. Face à Hollande, Sarkozy doit amplifier son image de défenseur de la France et du drapeau français. En ce sens, autant il doit adoucir son discours économique et social, autant il devra durcir celui sur la tradition française et sur le socle chrétien de la nation.

– il réussit son débat du second tour face à un Hollande, habile débatteur, maniant humour, ironie et messages subliminaux. Sarkozy devra faire tomber le masque et les points faibles d’une Martine Aubry, à la fois peu populaire et premier ministrable potentielle . Tout l’enjeu de Sarkozy durant ce débat sera de dévoiler le projet sociétal de Hollande et d’aller au coeur du programme du candidat de gauche.

Pour Sarkozy, pour reprendre son slogan vainqueur de 2007, tout est encore possible si…

Please follow and like us:
0

La présidentielle à la table des grandes écoles

Actualité oblige, c’est de la présidentielle que les membres des anciens de Science Politique et des grandes écoles ont choisi de débattre au cours de leur traditionnel rendez-vous qui se déroulait le 10 avril 2012 à la Société Nautique. Pour pimenter le débat, Didier Davitian le président de l’association, avait invité Bruno Le Dref délégué régional de France 3 Provence-Alpes et Philippe Minard, directeur des rédactions de « La Provence » . Il a, bien sûr, été question du traitement de la campagne présidentielle par ces médias. De la gestion du temps de parole des candidats à la télévision et d’articles de fond pour la presse écrite afin de se démarquer justement de la télé. Les ricochets de la présidentielle sur les législatives à Marseille ont été également évoquées (…)

Please follow and like us:
0

Hommage à un grand serviteur de l’éducation


descoinggg.jpg

Hommage à Richard Descoings

Voici l’article paru ce jour dans La Provence suite à l’hommage à Richard Descoings que vous pouvez retrouver en cliquant sur le lien ci-dessous:

http://www.laprovence.com/actu/region-en-direct/mort-de-richard-descoings-la-communaute-des-anciens-de-sciences-po-est-bien-tr

Didier Davitian, président régional des élèves de Sciences po Paris et par ailleurs conseiller communautaire à Marseille Provence Métropole, a réagi à la mort à New York de Richard Descoings, directeur de l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris. « Richard Descoings était un homme de la synthèse. Après Alain Lancelot, il a su à la fois préserver l’identité de Sciences Po et faire entrer l’école dans la modernité, a-t-il estimé. Homme de débat, on retiendra de lui l’ouverture de Sciences po au monde extérieur mais plus que tout une passion pour l’éducation, la formation, les lettres. Je connaissais bien Richard et chacun pouvait apprécier sa rapidité d’esprit et son dévouement pour le service public de l’éducation. La communauté des Anciens de Sciences po, nombreuse ici en Provence est bien triste de la disparition de cet esprit fin et lettré« .

Ph.L

Please follow and like us:
0
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Enjoy this blog? Please spread the word :)