Un nouveau président pour de nouveaux enjeux

macronEmmanuel Macron a articulé le discours de sa campagne autour de 2 axes: la protection et la liberté. Sécuriser les français dans un contexte d’état d’urgence mais aussi les émanciper  en fluidifiant le marché du travail.

Pour le quinquennat qui arrive, là aussi le ton est donné. Ce sera entre l’audace et la gravité. L’audace réformatrice sur l’urgence d’innover, de renouveler et de créer un nouveau style que les français plébiscitent. La gravité de la situation actuelle de la France mais aussi face à cette élection présidentielle très particulière 2017 avec une finale contre le FN. Le FN qui reviendra assurément en force lors des prochaines échéances, tant le pays gronde de plus en plus fort.

Emmanuel Macron, président de la République à 39 ans, s’attachera à obtenir des résultats assez vite. C’est le but de son engagement et de sa mission. Toutefois, pour y arriver, il devra s’y prendre avec toute la modernité avec laquelle il a réussi à gagner cette élection que « la droite ne pouvait pas perdre ».

Comme Emmanuel Macron a inventé un nouveau concept politique  avec succès, il devra s’attacher à inventer:

  • une nouvelle représentation politique nationale et locale en misant sur les économies, sur les diminutions de frais et surtout sur le souci d’efficacité de la sphère publique.
  • un nouveau modèle économique « à la française » combinant liberté économique ( anglo-saxone) avec justice sociale. Parions que les PME seront le pivot de cette nouvelle politique éconimique.
  • une nouvelle gouvernance européenne:  En Marche ! est déjà  dupliqué en Italie et pourrait l’être également dans d’autres pays européens. Un nouveau groupe européen En Marche ! bâti sur le simplicité et l’efficacité pourrait redéfinir nos rapports avec l’Europe.

New-Deal, Nouvelle société, sont des expressions connues qui pourraient s’appliquer au nouveau quinquennat. Avec l’objectif de dépoussiérer les vieilles méthodes et renouveler les habitudes conservatrices qui nuisent au bon fonctionnement de notre pays.

5 raisons de voter Emmanuel Macron le 7 Mai prochain

macronDans cette folle campagne présidentielle qui voit le succès des extrêmes et les échecs des partis traditionnels, l’émergence du mouvement En Marche ! est une bonne nouvelle qui évite un choix du second tour qui aurait sans doute opposé Mélenchon contre Le Pen, soit extrême gauche contre extrême droite.

5 raisons doivent pousser à voter Emmanuel Macron:

  1. 1. l’audace révolutionnaire : Dans son livre Révolution, Emmanuel Macron décrit les 2 manières d’être révolutionnaire: soit par l’extrémisme populiste qui n’a jamais mené à la construction, à la refondation mais à la misère due au repli ; soit au rassemblement des valeurs et des hommes pour apporter une plus-value à la société. Etre révolutionnaire, ce n’est pas hurler ni gesticuler mais « Faire et être efficace afin d’obtenir des résultats concrets ».
  2. .La liberté économique : Le programme économique d’Emmanuel Macron est libéral. Il prône la concurrence et l’encouragement à la création d’entreprises. C’est bien ce qu’il a lui-même déjà impulsé dans la loi dite  Macron d’août 2015 sur l’ouverture du marché bancaire, la libération des professions dites réglementées ( avocats, notaires..) et des lignes de transport…
  3. La justice sociale: La liberté économique peut se conjuguer avec la justice sociale; les 2 ne sont pas incompatibles. C’est l’effet nouveau d’En Marche ! que de devenir une synthèse et de reprendre cette thèse du gaullisme social.
  4. L’innovation politique : Créer une start up de la politique était, il y a 1 an, un pari osé auquel peu aurait misé. En 1 an, En Marche ! est devenu la 1° force populaire avec 250 000 adhérents et un probable succès dimanche 7 mai.
  5. La jeunesse et le renouveau: S’il est élu à 39 ans, Emmanuel Macron sera le plus jeune président de la République de l’histoire de France. Gageons qu’à 39 ans, Emmanuel Macron ait envie de changer la France et la réformer en profondeur, ce qui serait déjà une vraie révolution.

En 1 an, comment arriver 1° au 1° tour d’une présidentielle ?

EMEn 1 an, la start up En Marche ! a réussi à réinventer la politique et à révolutionner le modèle traditionnel de la science politique . Plusieurs raisons:

  1. 1. Le héros: Emmanuel Macron est devenu, au fil de la campagne, un  personnage qui a construit sa personnalité au travers de qualités  rares en politique: la jeunesse, la politesse, la courtoisie, la bienveillance, l’intelligence et l’audace. Aucun sifflet dans ses meetings.
  2. L’équipe: entourée d’une équipe jeune et resserrée, il est à la tête d’une micro-organisation En Marche ! qui n’a qu’un seul objectif: l’efficacité. Objectif atteint pour ce galop d’essai.
  3.  L’objectif : « le renouvellement des usages et des visages » suivant l’expression d’Emmanuel Macron. Cet appel au renouvellement n’a jamais été entendu par les vieux partis politiques. C’est le socle même de la réussite d’En Marche !
  4. La stratégie: elle s’appuie  sur la stratégie  phygitale qui fonctionne pour les  start up qui réussissent. Toute la campagne de 1° tour a combiné une stratégie digitale à fort contenu avec de multiples occasions de rencontres physiques sur des thèmes très variés.
  5. Les concurrents: ceux qui ont continué à pratiquer la politique de l’ancien temps ( anciennes habitudes, anciens visages, anciennes mauvaises  démagogies …) ont eu le résultat dont il fallait s’attendre. Sans compter les affaires diverses.
  6. un slogan: En Marche ! est un excellent slogan qui est en train d’être repris par des mouvements européens. Parions qu’un groupe En Marche ! est déjà en train de se constituer en Europe. Il rappelle également le slogan En avant ! déjà utilisé par d’autres avec succès.

Tout change : la société, l’économie, la communication . Avec Emmanuel Macron, une nouvelle ère politique bousculant les vielles habitudes va s’ouvrir. Assurément, la France a besoin d’être dépoussiérée. C’est le sens de ce 1° succès.

 

Comment la droite (LR) va réussir à perdre une élection imperdable?

fillon-macronSi on en croit les derniers sondages qui donnent le candidat LR entre 17 et 19% au premier tour, la droite dite républicaine (LR) ne sera pas qualifiée au 2nd tour des présidentielles;  une première dans l’histoire de la V° République.

D’autant plus frustrant pour l’électorat de droite qu’après 5 ans de hollandisme, tous les clignotants étaient au vert pour une marche triomphale vers l’alternance.

5 raisons mènent à ce constat :

  1. l’échec du processus de la primaire: à droite (LR) ou à gauche (PS), la primaire a été un échec. Le candidat choisi par son parti n’est pas forcément celui que les Français préfèrent.  Ces primaires seront, sans doute, les dernières.
  2. Le discours conservateur et radical: pour gagner une élection, il faut donner envie et créer une dynamique . Nicolas Sarkozy était maître en la matière avec des slogans chocs. Même si  le constat de François Fillon sur l’état de la France était juste et partagé par beaucoup, ses remèdes sont passés comme trop radicaux et abrupts dans leurs mises en application.
  3. La stratégie d’équipe: lors d’une élection, on vote pour un homme, un discours, un projet mais aussi pour une équipe. Les stigmates laissés par la primaire de  droite ne se sont jamais refermées.
  4. La gestion des affaires: dès le début du « Penelope Gate », l’équipe de direction de campagne aurait dû trancher en faveur d’un autre candidat, à savoir le 2° de la primaire (Alain Juppé). Cette longue et lente descente aux enfers de François Fillon, alimenté par des faits nouveaux et relayés par tous les médias, nuit au candidat, à sa famille, à son parti, à ses électeurs ainsi qu’à la démocratie.
  5. Le phénomène Macron: la politique étant, comme l’économie, un jeu à somme nulle, la descente de l’un contribue à alimenter la montée d’un autre. Emmanuel Macron, devenu  phénomène Macron, a un positionnement libéral et progressiste qui séduit de plus en plus l’électorat de droite républicain. La place centrale qui a été laissée vacante par François Fillon à EM ! est désormais bien occupée.

On a coutume de dire qu’une élection présidentielle est la rencontre d’un homme avec son peuple. Pour cette élection 2017, il s’agira, si on en croit les sondages, d’un rendez-vous manqué pour la droite républicaine mais d’un rendez-vous réussi, à cet instant, pour un homme avec une situation.

 

Comment Emmanuel Macron réinvente t-il la politique ?

macronQuestion aux étudiants de Sciences Po : Comment une start-up peut-elle gagner une présidentielle ?

Petits sourires en coins puisque tous les étudiants de Sciences Po apprennent qu’une élection en France ne se gagne que grâce au système des partis. Depuis André Siegfried ( 1875) , tous les politologues s’accordent sur ce point avec depuis quelques années la question du FN qui trouble un peu le clivage gauche-droite.

Sauf qu’en avril 2016, Emmanuel Macron crée En Marche !, une nouvelle start-up de la politique avec 1 objectif : gagner l’élection présidentielle en 1 an . Avec 3 règles qui cassent les traditionnelles habitudes politiques:

1.La compétence:

Une start-up ne peut se développer en 1 an sans réunir des compétences certaines. En Marche ! s’appuie sur la valeur ajoutée de ses collaborateurs. Et de ses futurs représentants élus puisque, fait unique dans la République, les candidats aux législatives d’En Marche ! sont recrutés sur CV !

2. Le modernisme et l’innovation:

Du point de vue analytique, la campagne présidentielle d’En Marche ! s’appuie exclusivement sur la logique « phygitale » : physique + digitale; bref, ce qui marche actuellement en économie, En Marche ! le duplique en politique.

Le discours central et progressiste:

C’est la base du mouvement En Marche ! . Devenir une synthèse, une centralité du panorama politique avec un discours progressiste . Les politologues ont l’habitude de dire qu’en France, une élection se gagne au centre. En marche ! met en application.

Il est vrai que le contexte actuel ( la question Fillon, le positionnement de Hamon, le ralliement de Bayrou…) donne actuellement raison à En Marche !. Reste à Emmanuel Macron à incarner à la fois l’espoir ( en un avenir meilleur), la fermeté ( dans un contexte d’état d’urgence) et le peuple ( qui a toujours raison) pour être élu à la fonction suprême non pas par défaut mais par un vote massif d’adhésion.

Avec Pascal Perrineau à Sciences Po, campus Menton sur les Présidentielles 2017

perrineau

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Enjoy this blog? Please spread the word :)